• Charlie...

     Charlie...

     

    Usine, des temps modernes,

    Ouvrier pris dans son rouage, à la chaîne,

    Monde industrialisé...

    Voyez comme on cadence, encore et toujours

    En mode trois huit, la boîte ne dort jamais... !

     

    C'est pas chinois

    Le même geste, répétitif, machinal...

    Pour une paie, qui ne l'enrichit pas,

    Juste un gagne-pain

    Et quelques plaisirs, modestes...

     

    Les heures passent, mécaniques,

    Monotones,

    Charlie boulonne, boulonne, boulonne

    Automate pathétique...

     

    Ca le gave

    Mais que faire d'autre, pauvre chose

    Esclave

    De la machine qui s'impose, impose...

     

    Arrive la dépression nerveuse, le burn-out,

    Charlie, un fait divers

    Aux chiens écrasés... !

     

    Il boulonnait, boulonnait, boulonnait...

    L'usine l'a déboulonné !

    Paix à son âme...

     

    On n'écroue pas les patrons

    Bienfaiteurs du prolétaire...

     

     

    jill bill sarcastic

     

    Charlie...
    wikipedia

     

    Un défi pour Mil et Une

    Image en imposé, mot, chinois, facultatif
     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    27
    Jeudi 1er Novembre à 19:30

    "Le travail est source de richesse, commentez", c'était mon sujet de philo au bac...

    J'avais alors parlé du travail à la chaîne... qui n'enrichit aucunement.

    Ce qui m'interroge, c'est que lorsqu'on mécanise ce qui peut l'être, l'homme n'a plus sa place dans l'entreprise...

    Je n'ai pas de solution.

    Bravo en tout cas pour cette page.

    Bises et douce soirée.

    26
    Jeudi 25 Octobre à 19:20

    certains restent et subissent et c'est pour cela que parfois qu'il faut changer, soit de son propre chef soit malheureusement on nous pousse vers la sortie....parfois un mal pour un bien (expérience perso) Bisous

    25
    Dimanche 21 Octobre à 20:10

    Bien vu cette roue qui broie le travailleur, hélas les machines ne se débrouillent pas toutes seules malgré l'ordinateur!

      • Lundi 22 Octobre à 02:02

        Eh oui Mansfield.... merci pour ta visite, moi... peux tjs pas !

    24
    Dimanche 21 Octobre à 18:30

    Tiens tiens, ça me rappelle Charlot en tête... devant une manif d'ouvriers, tenant un drapeau... et se faisant ramasser par la Police!. Et les pauvres mecs, y compris Charlot, s'accélérant comme de pauvres diables devant une machine infernale... Bravo! et bonne journée,

    Gisèle

    23
    Dimanche 21 Octobre à 13:15

    l'engrenage de la routine....

    bisous

    françoise80

    22
    Evy
    Samedi 20 Octobre à 22:30

    Une bonne soirée à toi bisous

    21
    Samedi 20 Octobre à 18:05

    Merci de ton passage chez moi, pas beaucoup de temps en ce moment, et du travail la semaine prochaine....Bon week-end Bisous

      • Samedi 20 Octobre à 20:40

        Merci pour vos commentaires la compagnie, je vous souhaite la bonne soirée, bises

    20
    Samedi 20 Octobre à 16:54

    Les patrons restent les patrons

    19
    lizagrece
    Samedi 20 Octobre à 13:58

    Bravo pour la  conclusion

    18
    Samedi 20 Octobre à 13:39
    Nina Padilha

    Pour certains, une vie n'est pas grand  chose.
    Triste.
    Bon WE quand même !

    17
    Samedi 20 Octobre à 11:18

    Dans les usines, les temps dits modernes n'ont pas beaucoup évolués... Halte aux cadences infernales peut encore se scander. A Amiens les ouvriers de GoodYear se battent pour avoir gain de cause après la fermeture de l'usine... Triste triste!

    Bisous

    16
    Samedi 20 Octobre à 11:11

    Un pastiche des temps modernes de Chaplin, bravo !

    Bises et bon weekend Jill

    15
    Samedi 20 Octobre à 11:08

    Effectivement, cadence infernale !!!

    Jusqu'où ira-t-on ???

    En tout cas, parfaitement bien résumé...

    14
    Samedi 20 Octobre à 11:00
    renejeanine

    ah les rouages qui broient les individus, nous connaissons tous, Charlot le premier ! merci pour ce beau texte chere Jill, l'exploitation de l'homme par l'homme n'a pas finit de faire couler de l'encre, bon weekend et grosses bises 

    13
    Samedi 20 Octobre à 10:19
    LADY MARIANNE

    j'ai de suite pensé à Mr Chaplin dans son film les temps modernes-
    on se consume à petit feu avec le progrès--
    bisous et bon samedi-

    12
    Samedi 20 Octobre à 10:13

    Bonjour Fabienne. Un engrenage machiavélique qui broie les hommes. Pauvre Charlie ! Bisous

    11
    Samedi 20 Octobre à 09:55

    On disait que l'ouvrier serait moins fatigué, tout comme le paysan d'ailleurs. Comment le croire aujourd'hui que toute cette modernité fait et a fait ses preuves. Tout se casse dans l'individu.

    Bien rendue cette vie Jill

    Bonne journée et bises4

    10
    Samedi 20 Octobre à 08:43

    Pris dans l'engrenage ... Souvent de père en fils, de mère en fille, comme une hérédité ... 

    À transgresser, à la force des " poignets ", des idées, de la tête ... 

    Merci Jill ! Bises.

    9
    Samedi 20 Octobre à 08:30

    Bravo Jill pour ce défi, les temps modernes continuent à écraser l'humain même si le progrès est passé par là .

    Bonne journée 

    Bisous 

    8
    Samedi 20 Octobre à 08:28
    Un bel hommage à Charlie Chaplin et aussi à tous les hommes qui ont travaillé dans les conditions décrites dans ce film.
    Gros bisous et bonne journée !!
    7
    Samedi 20 Octobre à 07:58

    C'est les temps modernes!

    Bon week end

    6
    Samedi 20 Octobre à 07:19

    Bonjour Jill,

    Pauvre Charlie. Et tant d'autres comme lui. Soit disant que le progrès est une bénédiction pour l’humain. Là, j'en doute fort.

    un défi bien relevé. Bravo Jill

    Bises

     

    5
    Samedi 20 Octobre à 06:20

    Bonjour Ma Grande

    Le rendement c'est l'esclavage moderne 

    Y'a des grandes enseignes ou travailler à la chaine sont pire que le bagne

    L'avantage c'est que quoiqu'il arrive tu garde ta ligne ^^

    Passe une Excellente Journée Ma princesse

    4
    Samedi 20 Octobre à 03:37
    colettedc

    Bravo Jill ! Défi super bien relevé ! Mais, pauvre Charlie, hein !!! Bon week-end ! Bises♥

    3
    Samedi 20 Octobre à 02:06

    Rouages infernaux dans lesquels sont pris les humains...

    happés là dedans par d'autres humains sans scrupules du moment qu'ils se remplissent le porte-monnaie

    et les rouages écrasent, vampirisent, se gorgent de sang frais...

    Rouages dont tu contes si bien le mouvement impitoyable

    On ressent de la colère et de l'effroi et rien ne change...

    Garder espoir cependant même si cela semble illusoire...

    Espérer d'autres cadences, propices au bien-être et à la vie...

    Très beau texte, merci à toi

    Gros bisous du samedi

    Cendrine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :