• Le troufion...

    Le troufion...

    Pour l'Atelier d'Ecriture de Ghislaine

    Un texte avec huit mots en imposé

    « Déballage, délicatesse, désordre, danse, femmes, fête, faute, follement »

     

    Ou avec cette phrase « Juste avant son départ »

     

     

    Le troufion...

     

     

    Juste avant son départ

    Quai de la gare, au revoir et mouchoir...

    Dans un désordre de mobilisation

    Le troufion embrasse ses femmes,

    Mère, épouse, fiancée...

    Qu'on fête mon retour, si... !!

     

    Ah partir à la guerre, infâme, à qui la faute,

    Adieu l'amour, adieu la vie, peut-être aussi...

     

    Danse follement sous la mitraille troufion, 

     La peur au bide !

    On vivra que dis-je survivra

    A la rude, à la dure,

    De rations dans la tranchée, glauque,

    Troufion dans son trou, fion dans la boue,

    Verre de rhum et cibiche, ceux des condamnés !

     

    Au repos, entre deux coups d'canon,

    Deux sorties à la baïonnette,

    On vous écrira mère, épouse, fiancée, avec délicatesse,

    Pour ne pas vous effrayer...

    « Je vais bien, autant que possible. »

    On ouvrira vos lettres, en soupirant, coeur gros, loin de vous...

    Déballage de colis, conserves maison, souvenir du monde d'avant !

     

    Mais pas l'temps de finir...

    Que déjà on sonnera un nouvel assaut !

    Que Dieu nous garde, encore...

     

     

     

    jill bill

     

     

    Le troufion...

     

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    37
    Hier à 21:46

    Tous ces hommes qui ont laissé leurs épouses pour sauver le pays

    et 100 ans après on n'en parle encore parce que la guerre ne s'arretera jamais...

    36
    Mercredi 7 Novembre à 09:50

    Et nos petits gars meurent encore ailleurs, sans qu'on en parle.

    Quand donc notre Terre sera-t-elle en paix ?

    Merci pour cet hommage.

    Bisous et douce journée.

    35
    Mardi 6 Novembre à 19:20

    Et à chaque guerre, il y a des morts dans tous les camps.

      • Mardi 6 Novembre à 20:04

        Oui Bernie, forcément, elle n'épargne ni l'un ni l'autre... et malheur au vaincu... Bonne soirée à tous, merci, bises

    34
    Mardi 6 Novembre à 19:17

     bel hommage 

     pauvres  jeunes hommes victimes des faiseurs de guerre 

     que de familles  décimées 

     bonne  soirée Jill

    33
    lizagrece
    Mardi 6 Novembre à 16:40

    A quelques jours des commémorations du centenaire de la fin de la première guerre mondiale ce texte s'imposait. 

    32
    Mardi 6 Novembre à 16:31
    francinea

    Bonjour,  moi ça  m'énerve de voir Macron dans ma région;  et ce n'est  pas moi, si j'y  habitais encore, qui me serais déplacée pour le voir;  je te souhaite une bonne journée, bisous

    31
    Mardi 6 Novembre à 16:02
    Renee

    Alors là chapeau, non seulement tu fais rappelle de l'histoire mais en plus un défi bien relevé. Bravo. Bises

    30
    Mardi 6 Novembre à 13:59

    et combien de jeunes y ont laissés leur vie...je suis allée visiter le village d'ouradou sur glane, en charente, tout est laissé dans l'état, c'est très émouvant à voir....              bisous françoise80

      • Mardi 6 Novembre à 14:27

        Ah ce village-là... vu maintes fois en reportage, quelle tristesse, un témoignage d'un temps bien malheureux....

    29
    Mardi 6 Novembre à 13:39
    Josette

    je suis allé plusieurs fois aux Eparges dont on parle ce jour un lieu qui ne peut pas laisser de marbres c'était sur la route pour aller à Pont à Mousson route jalonnée de grands cimetières et ossuaires 1870, 14/18, 1940... et pour en arriver à quoi ?

      • Mardi 6 Novembre à 14:28

        A quoi... à rien on a remis le couvert 20 et quelques années plus tard ! D'autres sacrifiés encore...

    28
    Mardi 6 Novembre à 13:20
    loulou le filou

    Mon grand père y est resté !

      • Mardi 6 Novembre à 14:29

        Je vois, le mien, un chanceux, sans quoi ma mère n'aurait le jour et après moi non plus...

    27
    Mardi 6 Novembre à 12:29

    Tableau bien réel, bien douloureux, bien exposé de temps en temps pour ne pas, jamais oublié ce qui fut.

    Gisèle

     

    26
    Mardi 6 Novembre à 12:13

    Superbe hommage à ces soldats qu'on envoyait à l'abattoir dans ces tranchées . La guerre oui quelle horreur . Je l'ai lu cette BD elle est vraiment superbe .

    Hier à Mohrange où a lieu la première offensive lors de la bataille des frontières dans le tout début de la guerre , Emmanuel Macron a tenu à rappeler le devoir de mémoire . C'est un fait que cette bataille de Morhange est un peu oublié dans les commémorations des autres années et pourtant elle a été aussi tres meurtrière . Voir ici . Aujourd'hui c'est dans la Meuse qu'il continue son périple , un autre terrain de folie meurtrière .

    Bisous 

      • Mardi 6 Novembre à 13:17

        Merci Jazzy, là ou là ce ne fut guère partie de plaisir, jeunesse sacrifiée....

    25
    Mardi 6 Novembre à 11:02

    Très bien rédigé mais oui, PUTAIN DE GUERRE !!!...

    Et dire que dans certains pays c'est toujours le cas ! Ça fait froid dans le dos !

    24
    Mardi 6 Novembre à 10:07

    Bel hommage à nos anciens à la veille du 11 novembre

    23
    Maryline
    Mardi 6 Novembre à 10:02
    Tu as respecté les consignes et endossé l'uniforme du poilu ou de tout autre soldat...
    22
    Mardi 6 Novembre à 10:02
    renejeanine

    bonjour chere Jill, l'horreur de la guerre bien evoquée, 14/18 mon papa y était, blessé 5fois,  Verdun, Somme, prisonnier, il en est revenu, heureusement pour moi !! bonne journée, bisous 

     

    21
    Mardi 6 Novembre à 10:00

    Très émouvant poème pour ce défi. Une belle façon de commémorer l'armistice de la grande guerre.
    Bisous

    20
    Mardi 6 Novembre à 09:42
    LADY MARIANNE

    un bel hommage à cette sale guerre- les pauvres hommes-
    certains fusillés pour désertion-
    une boucherie pendant que les chefs buvaient le café sous les tentes-

    bisous du mardi-

    19
    Mardi 6 Novembre à 09:29

    Bonjour Fabienne. Bel hommage à ces soldats de la guerre 14-18, à quelques jours de l'anniversaire de l'armistice. Bonne journée et bisous

    18
    Mardi 6 Novembre à 09:25

    On la dit Grande, elle fut terrible et ravageuse...

    17
    Mardi 6 Novembre à 09:09
    marine D

    Tu nous la fait revivre cette affreuse Grande Guerre Jill, ils ont tant souffert, tous !

    Mon grand père qui portait le courrier en premières lignes était revenu grand blessé, laissé pour mort, et toutes ses familles amputées de leur mari, de leur père, de leurs frères, quelle bêtise... On a beau le dire , on ne s'y fait pas à tous ces morts qui n'avaient rien demandé !

    Bisous Jill, bonne journée

    16
    Mardi 6 Novembre à 09:06

    C'est terrible toutes ces guerres passées et malheureusement présentes!

    bonne journée, bises

    15
    Mardi 6 Novembre à 08:36

    Bonjour Jill 

    Cela fait froid dans le dos ...esperons que cela n'arrive plus jamais !

    Beau texte en tous les cas ..

    Bises

    14
    Mardi 6 Novembre à 08:17

    De bien tristes souvenirs hélas

    Bonne journée

    13
    Mardi 6 Novembre à 07:05

    Tu me fais penser à toute la correspondance que mon grand père envoyait à ma grand-mère à partir de 1915. Il était revenu criblé d'éclats d'obus des Dardanelles. Planqué dans la caserne de Vitrée, il ne voulait pas repartir. Du coup, qualifié de déserteur, mais évitant la peine de mort, il fut renvoyé au front dans ta région jusqu'en avril 1915.... La guerre a continué malgré l'armistice. Il faudrait que je finisse de scanner ces lettres pour les confier à une association qui regroupe des documents concernant ces poilus.

    Bises et bon mardi

      • Mardi 6 Novembre à 07:53

        Je vois, je vois... mon grand-père en est revenu asthmatique et rhumatisant, merci les tranchées, sinon, ouf... mort ou gravement blessé.... merci Zaza, bises

        PS: J'ai confié ses médailles à notre musée... Plugstreet ;-)

    12
    Mardi 6 Novembre à 06:52
    Séverine

    Une terrible réalité que ces guerres qui nous ont empoisonnés. A-t-on vraiment retenu la leçon ?!

    11
    Mardi 6 Novembre à 06:27

    Ah Fabienne .......Malgré l'humour, on sent le tragique de la situation !

    J'ai regardé justement un reportage sur cette guerre ! 

    Je trouve plus que normal qu'on oublie pas ces troufions !!

    Merci de leur avoir fait honneur ici Fabienne....

    Bisous

    10
    Mardi 6 Novembre à 05:54
    Nina Padilha

    Alice m'a raconté 14-18 vécu par elle et sa famille, ici.
    Les lettres des soldats, précieusement conservées, qui mentaient chaleureusement sur l'ambiance du front...
    Et le mutisme de ceux qui réussissaient à rentrer vivants. Leurs cauchemars, les larmes soudaines, les sursauts...
    Quelle tristesse !

    9
    Mardi 6 Novembre à 04:21

    Oui plus jamais cela 

    Mais hélas saurons-nous y échapper 

    Le monde est fou 

     

    Bonne journée 

    8
    Mardi 6 Novembre à 02:51
    colettedc

    Si affreux que la guerre, en effet, Jill ! Un très bon texte ! Bon mardi ! Bises♥

    7
    Mardi 6 Novembre à 00:12

    Un hommage magnifique, poignant et une envie de crier combien c'est moche et abominable la guerre! Combien de sang versé pour des bureaucrates sociopathes, psychopathes... des gens qui découpent le monde compulsivement pour le vampiriser jusqu'à la moelle...

    Tous ces troufions sacrifiés... Des gars qui voulaient juste vivre et qui en avaient le droit!!!

    Ton texte m'a beaucoup émue, la rage vibre dans le ventre à cette lecture...

    Merci Jill, grosses bises

    Cendrine

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :