•  Le marchandage...

    Pour l'Atelier d'Ecriture chez Ghislaine

    Ecrire un texte avec 8 mots en imposé choix 1

    Ou un texte sur le thème « Eau » choix 2

     

     

    Le marchandage...

     

     

    Eh toi ! J'hésite entre t'embrasser

    Et te manger...

     

    Embrasse-moi, je préfère jeune inconnu

    Je n'suis pas bien dodue !

     

    Tu parles grenouille... t'es marrante hein...

    Que fais-tu ici loin de ta mare, hagard... ?

     

    Est à sec ma mare gamin,

    Il me faut vite une flaque, au moins...

    Veux-tu m'escorter pour se faire,

    Connais-tu dans le coin une rivière

    Qui ferait mon bonheur,

    Je suis prête à te suivre sur l'heure...

     

    Tu peux toujours courir, fais-en ton deuil,

    Y en a pas, pas plus que des trèfles à 4 feuilles... !

     

    Et qui pourrait prédire de la pluie

    Avant que je ne meure, ici... ?

     

    Confidence... J'ai bien de l'eau de fontaine dans ma gamelle

    Mais il y a de l'épinoche dedans... !

     

    Je sais partager bien et bel

    Pitié ! Mets-moi avec dedans !!

     

    Et en échange tu me donnes quoi... !?

     

    En échange... !? De nouveaux souliers !

     

    Ca se peut pas ma foi !!

     

    Siiii, je suis une grenouille de conte de fée... !

     

    J'ai changé d'avis batracien,

    Je vais te manger les cuisses !

     

    Tut tut tut ! Préfères-tu un bâton de réglisse... ?

     

    Plus des billes et un cerceau, j'veux bien !!!

     

    Cette histoire peu banale

    Fit le tour du village

    Comme l'orage

    Qui sauva cette grenouille du bocal...

     

     

    jill bill wink2

     

     

    Le marchandage...
    Peinture Paul Peel

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    58 commentaires
  • La tirade du gendre mal-aimé...

    Pour la communauté les Croqueurs de Môts
    Fanfan à la barre n°230

    Quinzaine du 13 au 26 janvier 2020
    Thème du lundi/défi :

    « Le Cid à trous, à nous de remplacer les bons mots par les nôtres !)

    Ô ...... ! Ô désespoir ! Ô ....... ennemie !
    N’ai-je donc tant ...... que pour cette ........ ?

    Et ne suis-je ...... dans les travaux .........
    Que pour ...... en un jour ....... tant de .......... ?
    Mon bras, qu’avec ....... toute ........... admire,
    Mon ......, qui tant de fois a ....... cet ..........,
    Tant de fois affermi le ........de son ......,
    Trahit donc ma ........, et ne fait rien pour moi ?
    Ô ....... souvenir de ma  passée !
     ...........de tant de jours en un jour ...... !
    Nouvelle ........., fatale à mon bonheur !
    Précipice élevé d’où tombe mon........... !
    Faut-il de votre....... voir triompher le .........,
    Et .......... sans vengeance, ou vivre dans la ....... ?
    .........., sois de mon ....... à présent .........:
    Ce haut ......n’admet point un ....... sans ........ ;
    Et ton jaloux........., par cet ........ insigne,
    Malgré le choix du ...., m’en a su rendre ........
    Et toi, de mes exploits ....... instrument,
    Mais d’un ..... tout de....... inutile ornement,
    Fer, jadis tant à craindre, et qui, dans cette ........,
    M’as servi de ......, et non pas de .......,
    Va, quitte désormais le ....... des ..........,
    Passe, pour me ........, en de ....... mains.

     

    (Vous avez reconnu la tirade de Don Diègue dans le Cid de Corneille )

     

     

    Tirade du gendre mal-aimé...

     

     

    Ô peste ! Ô désespoir ! Ô belle-mère ennemie !

    Que n'ai-je tant démérité que pour cette calomnie ?

    Et ne suis-je pardonné dans les travaux conjugaux

    Que pour entendre en un jour seulement tant de ragots ?

    Mon bras, qu'avec envie toute la France admire

    Mon rang qui tant de fois a suscité ce désir

    Tant de fois affermi le devoir de son "beffroi"  

    Trahit donc ma flamme, et ne fais rien pour moi ?

    Ô triste souvenir de ma fougue passée

    Libido de tant de jours en un jour massacrée !

    Nouvelle étiquette, fatale à mon bonheur !

    Précipice élevé d'où tombe mon déshonneur !

    Faut-il de votre méchanceté voir triompher la peste

    Et crever sans vengeance ou vivre dans l'indigeste ?

    Gendre sois de mon statut à présent délivré:

    Ce haut droit n'admet point un homme sans respect;

    Et ton jaloux caractère, par ce pénible insigne,

    Malgré le choix de Chimène m'en a su rendre digne.

    Et toi, de mes exploits, indirect instrument,

    Mais d'un sexe tout de mollesse inutile ornement,

    Fer, jadis tant à craindre, et qui dans cette rumeur,

    M'as servi de jouisseur et non pas de reproducteur,

    Va, quitte désormais le ciel des lendemains,

    Passe, pour me ressusciter en de nouvelles  mains.

     

     

    Votre gendre mal-aimé

     

     

    "Désolée Chimène, je payé de ma personne  

    Et si de descendance tu ne pouponnes,

    Dont on m'accuse de tous les maux,

    Avouez donc à votre mère les vôtres, ventre tombeau..."

     

    Votre désormais ex Rodrigue

     

     

    jill bill sarcastic

     

     

    Tirade du gendre mal-aimé...
    eBay

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    77 commentaires
  • Le nouveau clavecin...

    Le jeu des lettres pour un mot mystère n°6

    Chez Lilousoleil

    Règlement à voir chez elle ICI

     

     

    AIIOOCDHMNNR = Manichordion

    (ancien instrument de musique à 70 cordes, revêtu d'un drap pour rendre le son plus doux en l'étouffant)



    Le nouveau clavecin...



    Salut Romain !

    Salut Jean-Baptise !

     

    L'organiste est tout content

    Il a eu son manichordion grâce aux dons...

     

    Le fidèle n'a pas été trop radin alors...

    Lui qui se tape pas homard et séjour à Monaco !

    Moi ça m'étouffe les messes, avec ou sans ! Même à la radio !

     

    C'est un Pathé Marconi...

     

    Moi j'aime bien le pâté et les macaronis !

     

    Il en joue divinement, pas manchot le gars hein...

     

    Sans doute, mais lui il est mochard et mondain !

     

    Bah, il est normand voilà tout !

     

    Il a une vilaine toux en c'moment...

    Sacrée église des courants d'air va... !

     

    Non l'airco dans son ranch !

     

    Ah il habite un manoir maintenant... ?

    Déjà qu'il roule en camion et porte du mohair !

     

    Sois pas ronchon ni jaloux tu veux Romain !

     

    On voit qu'il n'a pas de chiard à nourrir

    Pas comme moi et ma Marion, treize à la douzaine !

     

    Qu'elle idée aussi d'être sans cesse en mode amidon

    Et le condom hein... t'en fais quoi avec !?

     

    Ma femme, ben la vaisselle !!!

     

    Après tout t'es un bon chrétien qui fait son devoir au lit...

     

    Ben ouais, comme on pouvait pas avoir de chien... !

     

    Allez à tantôt pour la partie de domino ?

     

    J'pourrais pas, j'fais du nichoir pour not'église...

     

    Aaah bon... !?

     

    Ben ouais une crèche de Noël quoi... !

    D'ailleurs si t'as du rondin, j'suis preneur !

     

    J'en ai du crado vert de mousse,

    Avec un coup d'huile de ricin ça va l'faire !

     

    A plus Romain !

    Merci Jean-Baptiste !

     

     

     jill bill  wink2

     

     

    Le nouveau clavecin...
     terresacrée.org

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    48 commentaires
  •  La main de ma conscience...

     

     

    Maintes et maintes fois

    Je me remis à faire des mains

    J'étais un peu gauche avec elles

    Maintes et maintes fois

    Jusqu'au jour où un matin

    Une main m'empoigna, rebelle...

     

    Sans un mot, sans pourquoi

    J'eus peur qu'elle me sauta à la gorge

    Ne m'égorge

    Tel un p'tit oiseau, une faible proie...

     

    J'en lâchais la mine

    Mauvaise la mienne, toute pâle...

    Que me veux-tu la main

    Parle à la fin

    Il n'est déjà si banal

    Un dessin qui s'anime... !

     

    Mais la main me tenait la mienne à son collet

    Ferme comme une menotte qui ose,

    La main de ma conscience, je le sentis en mon âme...

    J'eus le culot de pendre un homme

    Une fois, par plaisir, sur papier !

    Une main sentimentale j'avais dessiné

    En somme

    La mienne criminelle lui déplut, ô l'infâme

    Que j'en revins au dessin à l'eau de rose

    M'en tenant à cet horizon, gentillet...

     

     

    jill bill yes

     

    La main de ma conscience...
     Sébastien Del Grosso

     

    Pour l'Atelier d'Ecriture Mil et Une

    Un texte avec image en imposé, mot, facultatif

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    40 commentaires
  •  

    Le gladiateur noir des arènes...

     

    Le gladiateur noir des arènes...

     

     

     

    Gladiateur noir, bête des arènes

    Théâtre pour une mort annoncée,

    A l'homme les lauriers

    Et toi de mordre la poussière...

     

    Tu sens venir le vent

    Hésitant à rentrer sur scène

    Acteur sans le vouloir d'une tragédie...

     

    Tes coups de corne

    Les esquiver tout un art

    Du lutteur

    En habit de lumière

    Agitant cape rubis

    T'invitant à recommencer l'assaut...

     

    Et tu t'échines taureau d'ébène

    A revenir à la charge

    Sabot frappant le sol

    Tête baissée, naseau fumant

    Bave à la gueule, encore et encore...

     

    Bête de combat

    un combat perdu d'avance

    sous les olé

     

    Dans les gradins

    La curiosité malsaine

    A payé son billet

    Pour voir couler le sang

    Ce sang, rouge rubis comme la cape

    Qui dissimule si bien le glaive...

     

    Epuisé dans le courage

    Par l'adversaire en cravate de soie

    Sous l'estocade portée

    La bête batailleuse s'écroule sous les ovations,

    Dernier mot à l'épée

    Transperçant du condamné le crâne...

     

     

    Nobles arènes

    abattoir à ciel ouvert

    sous les bravos

     

     

    jill bill

     

     

    Le gladiateur noir des arènes...

    Francis Bacon, Étude de taureau, 1991, 
     huile, peinture en aérosol et poussière sur toile, 198 x 147 cm,
    collection particulière © The Estate of Francis Bacon / 

     All rights reserved / ADAGP, Paris and DACS, London 2019

     

    Texte en haïbun, prose et haïku pour l'Herbier de Poésies

    Piloté par Adamante

    Sur une image en imposé

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    42 commentaires